été 1995

Assistante commissaire d'expositions



Murs du son / Murmures

Max Neuhaus Evoking the Aural Évoquer l'auditif

L'exposition proposée à la villa arson au cours de l'été 1995 sous le titre Murs du son n'avait pas pour objet d'esquisser une histoire ou une théorie de l'un des derniers genres venus sur le terrain des arts plastiques au moment où la notion même de genre semble menacée d'obsolescence, mais de proposer une coupe lisible dans l'apparent désordre du présent. On y était témoin, à travers une sélection réalisée par Maurizio Nannucci, de 136 pièces sonores de Zona Archives, de l'accouchement du son hors du ventre de sa mère naturelle, la musique, au cours de ces cinquante dernières années. On pouvait y entendre, dans une sélection Aperto co-produite avec le CCC de Tours, à l'initiative de Liam Gillick, seize programmes sonores, à l'origine desquels se situent des artistes dont la production de bandes magnétiques n'est pas obligatoirement le travail majeur ; on y visitait enfin quatorze installations réalisées par des artistes, souvent issus du champs de la peinture ou de la sculpture, pour lesquels la matérialité plastique du son constitue une préoccupation essentielle. Quatre d'entre eux, plus récemment arrivés sur la scène artistique, étaient regroupés dans la section Murmures.

Parallèlement à l'exposition murs du son, Max Neuhaus présentait pour la première fois dans leur intégralité, sous le titre Evoking the Aural (Évoquer l'auditif), une série de dessins et leurs études réalisés d'après les Place Works, résumant près de trente années d'imagination et d'installation du son dans l'espace architectural, urbain ou naturel. Un catalogue relatif à l'exposition de Max Neuhaus a été édité à part, en co-production avec Le Castello Di Rivoli de Turin.

C'est la structure et la diversité des productions sonores qu'organisait l'exposition dont cherchent à rendre compte les trois disques du coffret CD qui a édité en guise de catalogue de l'exposition Murs du Son. S'y est ajouté l'édition en toile bakélisée d'un CD de Michel Aubry, dont l'installation, toute sonore de ses références, à être la seule pièce de l'exposition à être totalement muette.

Jean-Philippe Vienne, commissaire de l'exposition, 1995


murs du son : john m armleder / michel aubry / robert barry / lars fredrikson / liam gillick / jérôme joy / richard kongrosian / éric maillet / maurizio nannucci / kristin oppenheim / erik samakh / nathalie talec

murmures : pascal broccolichi / ludovic lignon / josé-antonio orts / isabelle sordage

 

villa arson Centre d'art et de recherches / Résidences d'artistes / Parc de sculptures sur site de 5000 m2